Green life

Prendre conscience – L’impact des vetements

7 décembre 2017

Aujourd’hui on va parler des mes réflexions, de toutes les questions qui se bousculent dans ma tête et qui commencent à avoir fait leur bout de chemin.

Je vais  parler du prix des choses et en particulier du prix de nos vêtements. Les gens de mon entourage me demandent souvent à combien je pourrais vendre mes vêtements #cousumain. A chaque fois c’est le même discours : « ben il y a souvent pour 30 40€ de tissus plus 6h de travail donc plus d’une centaine d’euros minimum » réponse « ah ouais tant que ça ?! »

Et bien oui quand on compare aux prix des magasins « high-street » (type H&M, Zara et tant d’autres) c’est sur que ça pique. Alors bien sur il y a des différences que l’on peut rapidement identifier : l’achat du tissu en gros, le cout de la main d’oeuvre. Mais quand même !

On connait tous les raisons de ce prix si bas de nos vêtements mais on préfère l’ignorer, c’est plus facile pour notre conscience. Lorsqu’on pense que des gens meurent pour produire notre tee-shirt a 5€, on ne porte pas simplement un vêtement, on porte un impact social. A mon humble avis, chacun peut acheter ses vêtements où bon lui semble mais il faut avoir conscience de l’impact que peut avoir son achat.

Pour connaitre cet impact, il faut s’informer et pour déclencher ce processus rien de mieux qu’un bon électrochoc. Pour cela le reportage The Cost of Things (diffusé sur Netflix notamment) est sacrément efficace. On en apprend beaucoup sur les conséquences de la production des tissus, la manufacture de nos vêtements et ce qu’ils deviennent une fois que nous ne les portons plus. Dans le fond, je n’ai pas tellement appris en regardant ce reportage mais j’ai vu, j’ai marqué des images dans ma tête.

A partir de ce moment là pour moi c’est le début d’une nouvelle démarche. Que puis je faire, à mon échelle, pour combattre ces atrocités?

La première est de voter, non pas aux urnes mais avec sa carte bleue. Dans notre société de consommation, c’est à mon avis, la manière la plus appropriée d’exprimer son point de vue. Le premier pas est de commencer par consommer moins. Parce que le premier problème est notre surconsommation. Combien de vêtements dans votre placard n’ont pas été portés durant les 6 derniers mois ? Combien de vêtements n’avez vous porté qu’une dizaine de fois ? Beaucoup trop dans mon cas. Depuis cette prise de conscience, j’essaie au maximum de faire des achats réfléchis. Ce n’est pas facile, avouons le tout de suite, surtout lorsqu’on vit dans une grande ville comme moi (je passe devant un nombre de magasins de fringues incroyables tous les jours sur mon trajet quotidien et je mentirais si je disais qu’ils ne m’attirent pas). On rajoute à cela le bon nombre de newsletters que l’on reçoit tous les jours avec plein de réductions. On a vite fait de craquer. Mais non, depuis quelque temps, je me désabonne plus que je ne m’abonne et je vais dans les magasins pour faire le plein d’inspiration sans sortir ma carte bleue.

Mais bon il faut quand même avoir de quoi s’habiller et si possible de façon stylé. Vient alors le moment de la quête pour trouver des vêtements produits avec de belles matières écologiques, et dans le respect des conditions de travail. Chacun doit alors se poser la question suivante : quels sont les critères qui définissent un vêtement éthique ? Pour ça, chacun à son point de vue, et avant tout sa sensibilité. Certains voudront des vêtements vegan, d’autres du made in France only. Pour moi c’est avant tout choisir un vêtement de qualité que je vais pouvoir garder pendant des années (à savoir grand minimum 5 ans) et qui a été produit dans des conditions descentes. Alors je me construis petit à petit un annuaire de marques que je trouve à la fois mode et qui respectent mon nouveau référentiel. Cette recherche n’est pas simple mais on peut faire des découvertes à des prix justes.

Mon autre solution est bien évidemment de coudre et donc d’avoir les vêtements que je souhaite sans pour autant contribuer à un quelconque esclavage moderne. Pour être totalement éthique il faudrait en plus contrôler la provenance des tissus. Je n’avoue que je n’en suis pas encore là. Je me détourne tout de même des coupons de 3m à 5€ car il ne faut pas se leurrer sur les conditions de production à ces prix.

Pour conclure, je considère que le moindre petit effort est déjà une belle initiative. Je suis bien loin de la perfection et je ne cherche pas à l’atteindre un jour. Je cherche cependant à avoir l’impact le plus positif sur le monde qui m’entoure. Un sourire, un soutien à un petit créateur, éviter au maximum le gaspillage.

J’arrive à la fin de certainement le plus long article sur mon blog mais surement celui qui me tient le plus à coeur. Alors j’ai très envie de savoir quel est votre point de vue sur ce sujet?

Et si vous avez envie d’en savoir plus, je vous conseille cet article de Coline , le reportage The true cost ou encore cet épisode du podcast La poudre. Il y en a pour tous les gouts, lisez, regardez, écoutez. Choisissez le médias qui vous convient, mais ayez conscience des conséquences de vos actions.

Sur ces belles paroles militantes, je vous dis à très vite pour parler couture.

2 Comments

  • Reply Moïra . Chez Lisette 7 décembre 2017 at 10:34

    C’est évident qu’il n’est pas facile de changer ses habitudes, mais petit à petit, on peut parvenir à faire des choix pour lutter contre ces conditions de travail atroces. Par rapport à l’électrochoc que tu as expérimenté à travers le docu The Cost of Things, cela me rappelle le témoignage d’une femme, dans le film Human de Yann Arthus-Bertrand. Une ouvrière dans une industrie de production textile nous incitait à ne pas fermer les yeux et à arrêter d’acheter ces vêtements à bas prix. Ça m’a beaucoup marqué. Je ne sais pas si tu partages mon avis, mais il me semble qu’en faisant, on devient plus conscient du véritable coût des choses, et c’est une belle découverte qui reconnecte avec le réel.

    • Reply Chloé 14 décembre 2017 at 10:08

      je suis tout à fait d’accord. C’est vrai que le film Human est vraiment génial aussi
      Belle journée à toi

    Leave a Reply